Les effets à long terme de votre style parental

Tout à commencé par une histoire familiale qui m’a fait réfléchir sur la façon dont notre style parental peut influer sur le développement de nos enfants. Nous étions partis en vacances chez mon frère, qui a deux filles du même âge que mes enfants (2 et 7 ans à l’époque). Très pris par son travail, assez fortement marqué par une éducation stricte (j’ai eu la même), il fermait les yeux sur la façon dont ma belle-sœur, pour combler le manque, gâtait leurs filles et les laissait faire un peu ce qu’elles voulaient… Mais ne s’empêchait pas de les punir quand elles “dépassaient les bornes”.

Au bout de quelques jours de vie commune, l’atmosphère a commencé à devenir tendue car les enfants n’étaient pas logés à la même enseigne… les miens ayant beaucoup plus de “cadre” -et donc moins de libertés- d’une part et n’étant jamais punis d’autre part (j’y reviendrais). Chacun se défendit alors de savoir ce qui était le mieux pour sa progéniture, j’en pris un peu pour mon grade au passage (“tu fais comme maman, cela ne t’a pas vaccinée…”) et on se brouilla pendant plusieurs années (l’éloignement aidant, mon frère habitant à l’étranger).

L’été dernier, mon frère et ma belle-sœur partent en vacances chez mon père avec leurs filles, et une anecdote me revient aux oreilles : leur fille aînée (10 ans maintenant) les a menacés de faire une fugue alors qu’on lui demandait de faire un effort pour manger ce qui avait été préparé. Mon petit doigt me dit que les problèmes de ce genre ne font que commencer…

Votre style parental est déterminant pour l’avenir de vos enfants

Le style parental est un concept de la psychologie qui désigne les conduites que les parents utilisent pour élever leur enfant et qui influencent son développement à plus ou moins long terme. La recherche a montré que le style parental permet de prédire le bien-être de l’enfant en matière de capacités sociales, de résultats scolaires, de développement psychosocial et de problèmes de comportement.

Mais dans notre société actuelle où tout est remis en question, développer un style parental approprié pendant les premières années de la vie d’un enfant représente un défi… Quels comportements pédagogiques devons-nous adopter pour ne pas faire naître chez nos enfants de mauvaises habitudes ? Comment, au contraire, notre style parental peut les aider à développer des compétences utiles pour leur vie future ?

Style parental : les quatre modèles les plus répandus

Dans les années 60s, Diana Baumrind, psychologue clinicienne et chercheur en psychologie du développement à mis en lumière trois types de styles parentaux : démocratique/ directif, permissif et autoritaire. Vingt ans après, Eleanor Maccoby et John Martin complétèrent ses travaux en introduisant un 4e style parental : les parents négligents et distants. Ils synthétisèrent l’ensemble des résultats de leurs études en une typologie de quatre style parentaux s’articulant selon deux dimensions :

  • les exigences et le niveau de contrôle des parents (demandes de maturité des parents envers l’enfant, supervision et discipline)
  • la réceptivité ou sensibilité des parents (actions qui favorisent l’individualité, l’autorégulation et l’affirmation de soi, par l’écoute des besoins et le soutien)

Style parentaux

Styles parentaux (Baumrind, 1971 ; Maccoby et Martin, 1983)

Les recherches de Baumrind ont mis en évidence que les parents qui offrent à leurs enfants suffisamment de soutien (nurture) et d’indépendance tout en faisant preuve d’une certaine fermeté et d’un certain contrôle de leurs comportements, ont des enfants qui ont de meilleurs résultats dans plusieurs domaines.

Pour assurer le meilleur développement possible de leurs enfants, les parents doivent trouver un équilibre entre, d’une part, les exigences au plan de la maturité et de la discipline, qui permettent d’intégrer les enfants dans le système familial et social, et d’autre part,  le maintien d’une atmosphère de chaleur, de sensibilité et de soutien. Quand le comportement et l’attitude des parents ne reflètent pas un juste équilibre entre ces deux éléments, les enfants peuvent connaître une multitude de problèmes d’adaptation.

Dans cet article, j’ai choisi de m’ intéresser plus en détail à trois de ces styles parentaux et à leurs effets sur les enfants. Je pars en effet du principe que si vous êtes arrivés sur ce blog, c’est que vous ne faites pas partie du style distant ou désengagé (uninvolved).

Le style permissif : liberté et choix

Les parents permissifs (appelés également « indulgents » ou « non-directifs ») « sont plus réceptifs (responsive) qu’ils ne sont exigeants (demanding). Ils ne reconnaissent pas les conceptions traditionnelles d’éducation et poursuivent le libre développement des enfants, qui met l’accent sur le choix de la part de l’enfant.

« Ils n’exigent pas un comportement de maturité, permettent une large autorégulation et évitent l’affrontement » (Baumrind, 1991, p. 62).

Les enfants bénéficient d’une grande liberté eu d’une grande indépendance, comme choisir leur menu lors des repas, jouer dans la boue, ou rester tard dehors. Quoiqu’il arrive, les parents permissifs veulent que leurs enfants soient heureux. Pour ce faire, ils évitent les conflits et les gâtent matériellement et émotionnellement. Laxistes, ils ont beaucoup de mal à poser un cadre et des limites.

Certains parents sont permissifs car ils n’aiment pas avoir le mauvais rôle, d’autres car ils ne sont pas confiants dans leur autorité, ou car ils ont eux-mêmes souffert d’une éducation trop rigoureuse. Souvent, les parents qui ne posent pas de limites a leurs enfants cherchent à compenser un manque de disponibilité à cause d’un travail très prenant … et quand les revenus le permettent, les couvrent de cadeaux.

Style parental permissif

Une autorégulation qui a un prix

En conséquence, les enfants ont beaucoup de pouvoir et de contrôle. Ils ont tendance à être exigeants et apprennent à obtenir ce qu’ils désirent par leurs pleurs, colères, chantages et accusations. Les parents leurs concèdent beaucoup pour avoir la paix, ce qui renforce la tendance des enfants à agir de façon égoïste et autocentrée.

Ces enfants deviendront indépendants mais seront plus impulsifs et souffriront d’un manque de capacité de régulation émotionnelle. La plupart du temps, ils n’auront jamais eu à faire des choses pénibles et manqueront de discipline et de ténacité pour persévérer dans des tâches difficiles. En général, ils seront moins enclins à travailler dur et réussir à l’école et dans la vie.

Le style autoritaire : ordres et contraintes

Ce style de comportement pédagogique comprend un très fort niveau contrôle parental. Les parents sont représentent l’autorité absolue (non discutable) et les enfants savent ce qu’on attend d’eux. S’ils ne respectent pas les exigences de leurs parents, ils en subissent les conséquences, souvent violentes : hostilité verbale, punitions, menaces, etc.

Style parental autoritaire

“Tu obéis parce que c’est comme ça et pas autrement”

Généralement, les parents autoritaires manquent de sensibilité à ce que ressentent leurs enfants. Ils n’ont pas confiance en leurs capacités à réussir ou à faire les bons choix. En conséquence, ils ont beaucoup d’exigences envers eux et sont constamment sur leur dos pour s’assurer qu’ils font ce qu’il sont supposés faire. La plupart du temps, ils en oublient de leur montrer suffisamment d’attention et d’affection.

Une autorité sclérosante

Les enfants n’osent plus faire quoi que ce soit sans l’aval de leurs parents. Sur le long terme, ils ont tendance à devenir obéissants et dociles, ou totalement l’inverse, rebelles et provocateurs. S’ils ne se rebellent pas, les enfants de parents autoritaires aiment faire plaisir et se comportent en général très bien. Cependant, ils ont plus de chances de manquer de compétences sociales et de souffrir de dépression, d’anxiété ou d’une mauvaise estime d’eux-mêmes.

Mon frère et moi avons connu ce type d’éducation. Il a choisi de la rejeter totalement, et de faire le choix opposé pour ses filles (une éducation permissive donc), avec les résultats qu’il commence à constater. Pour ma part, je fais tout pour ne pas le reproduire, car il a laissé des traces sur l’adulte que je suis devenue, mais je sais aussi que l’extrême inverse est dangereux.

Deux styles peu formateurs

Aucun de ces deux styles n’a en effet été lié à des résultats positifs, probablement parce que tous deux minimisent les occasions d’apprendre à gérer le stress. D’un côté, trop de contrôle et d’exigences envers les enfants peuvent limiter leurs occasions de prendre leurs propres décisions ou de faire connaître leurs besoins à leurs parents. De l’autre côté, les enfants qui grandissent dans des foyers permissifs et indulgents risquent de ne pas recevoir les conseils et l’encadrement nécessaires à leur développement moral et au choix d’objectifs sains.

C’est pourquoi j’ai fait le choix conscient d’un style plus modéré pour mes enfants, qu’on appelle le style démocratique.

Le style démocratique :  amour et discipline

Un comportement éducatif “démocratique” est caractérisé par une combinaison de trois facteurs :

  • un amour inconditionnel et un respect mutuel
  • un soutien permanent du désir de l’enfant d’être autonome et indépendant… ou favoriser l’apprentissage par l’expérience
  • un certain niveau de discipline

Les parents démocratiques sont rationnels : ils encouragent leurs enfants avec chaleur et affection, mais ils tracent les limites du comportement raisonnable requis, en fonction de leur âge, avec un encadrement clair, constant et cohérent. Ces parents ont confiance en leur autorité et l’utilisent pour créer un environnement positif et plutôt qu’une ambiance de contrôle permanent.

Une structure respectueuse et flexible

La structure offerte aux enfants se base sur des principes et des valeurs familiales. Les parents démocratiques expliquent clairement quelles sont leurs attentes et leur bien fondé, mais laissent une place à la discussion. Proactifs, il anticipent et désamorcent les situations potentiellement conflictuelles.

Ils partent toujours du principe que l’enfant a de bonnes intentions. Dans les moments de désaccord, ils évitent les rapports de force et cherchent à comprendre les réactions de l’enfant avec empathie et douceur. A l’écoute des émotions de l’enfant, ils font preuve de souplesse et adaptent leur réponse éducative en fonction de différents facteurs : âge/ maturité/ aptitudes, état (ex : fatigue), contexte, etc.

Style parental démocratique

“Tu peux choisir quoi faire, mais comprends que tes choix ont des conséquences naturelles”

Les parents démocratiques privilégient l’expérience et les conséquences naturelles pour façonner le comportement de leurs enfants, en fonction de leurs aptitudes et de leur volonté d’autonomie. Ils leur permettent d’assumer la responsabilité de leurs actes en les laissant prendre des décisions et résoudre des problèmes par eux-mêmes.

Les parents “démocratiques” transmettent beaucoup d’amour à leurs enfants, notamment en passant beaucoup de temps de qualité avec eux. Ils s’impliquent dans leurs jeux, prennent le temps de leur parler et de les écouter.

Des adultes plus équilibrés

Les enfants élevés dans ce cadre familial grandissent en général avec une bonne estime d’eux-même, car ils ont toujours pu prendre part aux décisions, donner leur avis, exprimer leur ressenti. En général, ils font rapidement preuve d’une forte autonomie, puisqu’elle est encouragée très tôt, et d’un sentiment d’auto-efficacité plus développé. Indépendants, résilients, plus stables émotionnellement, ils sont plus armés pour faire face à la vie.

La recherche associe également le style parental démocratique à de plus grandes compétences sociales chez les enfants. Plus sociables dans leurs 1ères relations, ils consomment moins de drogue à l’adolescence et jouissent d’un plus grand bien-être affectif au début de l’âge adulte.

Un style parental structurant, flexible et chaleureux semble donc être le plus bénéfique pour le développement social, intellectuel, moral et affectif de l’enfant. L’important est donc avant tout de trouver le bon équilibre entre exigences et réceptivité.

Pensez-vous que votre propre style parental contribue à assurer le meilleur développement possible pour votre enfant ? N’hésitez pas à me partager votre expérience dans les commentaires.

Dans un prochain article, je détaillerai la façon dont j’essaie chaque jour de tendre vers un style parental plus démocratique. Notamment en travaillant sur la façon de communiquer avec mes enfants.

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *